25 février 2012

5 à 7 Terroirs Québec et Gaspésie Sauvage

Qui se cache derrière Terroirs Québec, cette épicerie fine en ligne consacrée à la mise en valeur des produits québécois ? Originaire de la Bretagne, Cédric Fontaine arrive au Québec en 2002 avec son épouse, après avoir complété un baccalauréat en économie et social, fait trois années d’études dans l’hôtellerie et la restauration, puis travaillé en cuisine, en salle ou à l’installation de systèmes de gestion hôtelière dans divers établissements réputés d’Europe. On lui dit, à son arrivée au Québec, qu’il ne pourra trouver ici la même richesse gastronomique qu’en France. Dès lors, il se fixe un objectif : démentir cette affirmation. En 2005, M. Fontaine crée donc le site Terroirs Québec, géré par sa petite entreprise indépendante Spidmail, de façon à aider les producteurs artisanaux, considérés comme des partenaires, à améliorer leur visibilité sur Internet (notamment par le biais de podcasts filmés) et à promouvoir leurs produits. En décembre 2011, Terroirs Québec comptait une cinquantaine de producteurs affiliés, 984 fans sur Facebook, 851 abonnés sur Twitter et 1790 comptes clients : une belle réussite. Si M. Fontaine croyait intéresser d’emblée un bassin de consommateurs français, ce sont les gourmets montréalais qui composent à l’heure actuelle la majorité de sa clientèle, les frais de transport rendant les produits moins abordables à l’étranger. Sur le site web Terroirs Québec, les produits disponibles sont déclinés sous l’onglet «épicerie fine » (charcuterie, la mer, épicerie, plat cuisiné, sucré, boisson), et sont également répertoriés par région, par catégorie et par prix. L’engagement de Terroirs Québec : les produits sont expédiés en 24h maximum et la livraison est gratuite au Canada pour des achats de 39$ au plus.

Ce vendredi 24 février, j’ai eu le plaisir d’assister à titre de blogueuse au premier 5 à 7 organisé par Terroirs Québec dans le charmant café-boutique Lefebvre et Filles, spécialisé dans la vente de produits du Québec. Les participants ont pu entendre le sympathique Gérard Mathar raconter sa passion pour la Gaspésie et les activités de cueillette en forêt qui l’ont conduit à fonder sa petite entreprise, Gaspésie Sauvage. Arrivé de Belgique il y a huit ans, M. Mathar s’est installé à Douglastown, près de Gaspé, avec sa conjointe et leurs trois enfants, porté par le rêve d’une vie simple, fondée sur l’autosuffisance. Son livre de chevet : La décroissance heureuse de Maurizio Pallante. Cueilleur de champignons sauvages comme son père, M. Mathar a construit lui-même sa maison en bordure d’une forêt et fabrique maintenant son propre fromage (à partir du lait de sa vache ou de ses chèvres), élève quelques animaux pour la viande (il a notamment vanté son jambon maison), cuit son propre pain, autant d’activités qui font aussi partie du quotidien de ses fils. M. Mathar entretient de bonnes relations avec ses voisins, chez qui il emmène paître ses vaches ou cueille des champignons, en échange de produits et services divers, privilégiant toujours le troc. Pour Gérard Mathar, qui vit de et dans la nature, le développement durable constitue une priorité : il pratique une récolte raisonnée des plantes et des champignons en milieu naturel, ne cueille pas d’espèces menacées, privilégie le séchage à chaud à la fumigation, emballe ses produits séchés dans des sachets composés à 40% de papier recyclé et verse 1% de ses bénéfices pour la protection de l’environnement.

Grâce à Gaspésie Sauvage et à Terroirs Québec, les gourmets du pays peuvent mettre le meilleur de la forêt dans leurs assiettes : champignons séchés, poudre de champignon, plantes sauvages et petits fruits, tisanes, confitures et marinades. La qualité des produits de Gaspésie Sauvage fait consensus : les chefs d’une quinzaine de restaurants montréalais prisés (dont Normand Laprise, Martin Picard et Marc-André Jetté) sont des clients fidèles. Il est d’ailleurs possible de goûter chez eux des champignons frais de la Gaspésie cueillis seulement quelques heures plus tôt. Vous pouvez consulter ici un article de Yannick Villedieu traitant du récent événement spécial au restaurant DNA avec Gaspésie Sauvage dans le cadre de Montréal en lumière. Les produits de Gaspésie Sauvage sont en outre distribués dans environ 150 points de chute, dont des épiceries fines.

Dans le cadre du 5 à 7 Terroirs Québec et Gaspésie sauvage, j’ai eu la chance de sentir, de toucher ou de goûter plusieurs produits de qualité : thé du Labrador apaisant, succulente confiture de bleuets sauvages aux fleurs forestières, têtes de violon marinées au vinaigre de vin blanc bio, champignons forestiers marinés au vinaigre d’érable bio, poudre de mélange de bolets parfumée (à ajouter aux sauces, pâtes, risottos, soupes, farces, marinades, salades ou desserts), mélange forestier de champignons déshydratés (dont l’eau de réhydratation peut servir de base pour réaliser de succulentes soupes ou sauces). Bien choisir ses champignons séchés est important, selon M. Mathar : plusieurs champignons cultivés de façon industrielle en Chine à prix dérisoire nous arrivent couverts de nicotine à cause de la fumigation. Conseil de pro : si l’étiquette recommande de jeter l’eau de réhydratation, il vaut tout simplement mieux éviter d’acheter le produit.

La prochaine fois que Terroirs Québec annonce un 5 à 7, n’hésitez pas à vous procurer des billets : il s’agit d’une belle sortie gourmande à peu de frais qui permet d’apprendre, d’échanger et de goûter !












3585, rue Lévis
Sainte Catherine, Québec, J5C 1T2
1-877-819-4917

info@gaspesiesauvage.com

Lefebvre et Filles
3539, boulevard Lasalle VerdunQuebec H4G1Z5

(514) 766-3564

Aucun commentaire:

Publier un commentaire